Suivez nos aventures sur :


NOUVEAU

La super poudre de Cactus !


Poudre de cactus et nopal bio

Accueil > Notre blog > Nopal & Cie > Nopal et figue de barbarie : Histoire et anecdotes



CACTUS ET FIGUE DE BARBARIE :

faits historiques et anecdotes


Le nopal et son fruit, la figue de barbarie, étaient et sont encore utilisés dans les différentes pharmacopées traditionnelles. Après de nombreuses recherches et études, nous avons déniché plusieurs faits historiques et anecdotes intéressants au sujet de cet arbuste aux vertus inestimables. Nous vous laissons les découvrir dans ce petit article...


Histoire et anecdotes sur le nopal


> Les Indiens faisaient régulièrement des cures de "Cactus" pour se maintenir en forme.

Oviédo Valdès, en 1526 [3] observa l’étrange migration annuelle d’une tribu indigène de la Louisiane. Ces Indiens, qui, en temps ordinaire sont ichtyophages (mangeurs de poissons), partaient le mois de mai  à l’intérieur des terres, à plus de quarante lieues (160km) du territoire où ils demeuraient habituellement, pour faire une cure de Nopal. Durant deux mois, ils se nourrissaient uniquement des jeunes feuilles de Nopal  et de leurs fruits (figues de barbarie), se gorgeant de ces végétaux abondants dans cette région désertique, avant de s’en retourner vers leurs huttes sur le rivage du golfe du Mexique. Oviedo Valdes constata que ces peuplades n’étaient jamais malades et que cette migration annuelle ressemblait fort à ce que nous appellerions aujourd’hui une cure de santé.


> Le nopal et le Mexique, une histoire d'amour.

Au Mexique le nopal a une place si importante dans l'alimentation et la médecine traditionnelle qu'elle figure sur le drapeau mexicain. 


> Les Aztèques considéraient cette plante comme sacrée.

Le nopal est considéré comme une plante sacrée par les aztèques, c'est la raison pour laquelle elle se trouve sur le drapeau Mexicain [1 ; 2]. C'est elle, dit la légende, qui a permis aux tribus précolombiennes de pouvoir traverser les déserts. Elle leur a apporté l'eau et une nourriture suffisamment équilibré et abondante pour qu'ils puissent survivre [1 ; 2].


> Un remède contre la gueule de bois

Les peuples indigènes d’Amérique centrale ajoutaient du nopal au moment de la préparation de certaines boissons alcoolisées, afin semble t-il, de limiter les effets consécutif à l'excès d'alcool (gueule de bois) [1 ; 2].


> Les marins l'utilisaient pour éviter le scorbut. 

De nombreux écrits de chirurgiens chargés de veiller à la santé des matelots dans les navires relatent de l'utilisation du Nopal, sous forme de légume, pour lutter contre le scorbut [7].


> Une clôture naturelle en Afrique du Nord.

En Afrique du nord elle est souvent utilisée comme clôture naturelle pour délimiter les parcelles. Son fruit est très apprécié et les grands mères savaient utiliser aussi bien les feuilles, les fleurs et les fruits pour soigner toute sorte de maux. 


> Les témoignes rapportent de très nombreux usages de la cladode (feuille) en application externe

La cladode est une feuille assez épaisse, constituée d'une couche protectrice (cuticule) renfermant un mucilage, comme pour l'aloé vera. Ce mucilage était et est encore traditionnellement utilisé pour soulager de nombreux maux : rhumatismes, asthme, trouble du foie, maux d'oreille, verrues, brûlures, hémorroïdes, morsures d'insectes et de serpents, éraflures. [5 ; 6 ; 7]. 


> Les fleurs utilisées en usage externe comme antihémorragique et comme favorisant la cicatrisation des plaies.

Dans les montagnes marocaines, une décoction de fleurs appliquée sur une plaie permettait de ralentir son saignement et favoriser sa cicatrisation tout en limitant son infection [8].


> Les fleurs en usage interne étaient utilisées contre de nombreux maux.

Anti-diarrhéique et anti-hémorroïdaires (décoction), maux d'estomac (poudre), diurétique (décoction), maux de rein (thé de fleurs : infusion). Contre le dysfonctionnement de la prostate (fleurs séchées) [8].


Pour en savoir plus sur les propriété santé du nopal, n'hésitez pas à lire notre article dédié à ce sujet !


Voir les références bibliographiques