NOUVEAU

La super poudre de Cactus !


Poudre de cactus et nopal bio


Suivez nos aventures sur :

Accueil > Notre blog > Nopal & Cie > La figue de barbarie vecteur de santé





LE CACTUS

(OPUNTIA FICUS INDICA) :

UN TRÉSOR DE

BIENFAITS





Aujourd'hui de nombreuses études scientifiques s'intéressent depuis près de 20 ans aux étonnantes propriétés du fruit du cactus Opuntia Ficus Indica, la figue de barbarie : sa molécule d'intérêt, l'indicaxanthine, a un rôle actif sur l'état des parois des vaisseaux sanguins (anti-athérosclérose), sur nos intestins (anti-inflammatoire), sur les cellules de notre cortex cérébral (protection contre les maladies neurodégénératives). La figue de barbarie a aussi un effet anti-rétention d'eau et reminéralisant. Ces études, publiées dans des journaux scientifiques de renom, décortiquent les mécanismes d'action de ces molécules et vérifient qu'elles agissent à des doses correspondantes à celles apportées par une consommation normale de fruits.



Les bétalaïnes, le pigment de la figue de barbarie, fruit du cactus opuntia ficus indica, un super anti-oxydant et un anti-inflammatoire.

De nombreuses études [9 ; 10 ; 11 ; 12 ] ont mis en évidence la caractère antioxydant des pigments constituant de la figue de barbarie : les bétalaïnes. Deux molécules principales constituent ce groupe : l'indicaxanthine et la bétacyanine. En fonction des variétés et de la couleur de la figue de barbarie, on retrouve des proportions variables d'indicaxanthine et de bétacyanine. La bétacyanine a un pouvoir antioxydant élevé, mais l'indicaxanthine semble mieux passer la barrière intestinale et hémato-encéphalique et aurait donc une efficacité plus importante dans l'organisme contre le stress oxydatif des cellules.  


L'effet anti-athérosclérose de la figue de barbarie serait dû à la capacité de ses pigments, les bétalaïnes, à limiter la destruction des globules rouges et leur adhérence à la paroi des vaisseaux sanguins, à s'opposer à l'oxydation des membranes de ces mêmes vaisseaux et à réduire l'inflammation en cas d'hypercholéstérolémie.  

Tésorière et al mènent une étude en 2015 [13 ] dont l'objectif est de comprendre comment, l'indicaxanthine, une molécule du groupe des bétalaïnes présente dans le fruit du cactus, la figue de barbarie, permet de diminuer les risques d'athéroscléroses chez les patients ayant un taux important de mauvais cholestérol (LDL). Ils ont remarqué qu'en présence d'indicaxanthine, les globules rouges du sang étaient moins facilement détruits par les effets du cholestérol oxydé (oxystérol) et que les parois des vaisseaux sanguins avaient moins tendance à accrocher les cellules mortes [14], limitant ainsi les causes d'athéroscléroses.

L'indicaxanthine diminue aussi la présence de radicaux oxygénés libres ayant un fort pouvoir oxydant notamment sur les molécules lipidiques des membranes des cellules constituant la paroi des vaisseaux sanguins (cellules endothéliales). Cette oxydation est aussi une des causes de l'athérosclérose.

L'indicaxanthine agit aussi sur le taux de prostaglandine E2 (PGE2), responsable de l'état inflammatoire induit par le cholestérol oxydé. Il a donc un effet anti-inflammatoire. Cet effet est visible pour des concentrations d'indicaxanthine équivalentes à celles que l'on retrouve dans le sang après la consommation d'une portion de fruit de cactus (1-5µM).

L'indicaxanthine et donc par la même occasion, la figue de barbarie, agit significativement sur les causes de l'athérosclérose dans les cas d'une hypercholestérolémie.  


La figue de barbarie aide à lutter contre l'inflammation de l'intestin : 

Stintzing et al (2005) [15] démontrent que la présence d'incaxanthine sur un tissus de cellules épithéliales artificiellement enflammées s'opposait à la production des molécules à l'origine de l'inflammation (Nox1, Nfkb et l'enzyme NO synthétase). La pulpe de figue de barbarie aiderait donc à lutter contre le syndrome de l'intestin irritable.  


La molécules d'intérêt de la figue de barbarie, l'indicaxanthine, protégerait contre les conséquences d'un avc et contre les maladies neurodégénératives.  

Kim et al (2006) [16]  montrent qu 'après ingestion de figue de barbarie, la molécule qui nous intéresse, l'indicaxanthine, se retrouve dans le cortex cérébral. Cette molécule passe la barrière hémato-encéphalique et peut donc avoir une action sur les cellules du cortex cérébral. Sur des cultures de cellules corticales  sur lesquelles les effets d'un accident vasculaire cérébral a été simulé, il a été montré qu'en présence d'indicaxanthine les effets neurotoxiques étaient réduits, notamment dans la région de l'hippocampe. Allégra et al (2015) [17] ont par ailleurs observé des décharges neuronales après un repas de figue de barbarie, notamment au niveau de l'hippocampe.  Il semblerait que l'indicaxanthine ait une affinité avec les récepteurs du glutamate n méthyl d'aspartate (nmdar). Elle pourrait donc avoir un rôle protecteur contre certaines maladies neurodégénératives.  


Les bétalaïnes ont aussi un rôle diurétique, anti rétention d'eau et anti jambes lourdes.

BISSON et al (2010) [18] ont mis en évidence, en plus d'un effet antioxydant,  un effet diurétique d'un extrait aqueux de figue de barbarie titré en indicaxanthine. Il ont observé une faible fuite des minéraux dans les urines suite à la prise de cet extrait, contrairement à ce qui se constate sur les diurétiques classiques. Cet effet semble être dû au rôle osmolytique de cette petite molécule dans le sang. Le fait que la figue de barbarie soit riche en potassium et calcium explique en partie que l'on n'observe pas une diminution de ces minéraux dans l'organisme comme c'est le cas lorsque agissent des diurétiques classiques.

Des tests cliniques effectués par la société Bio Sérae sur un extrait titré en indicaxanthine a mis en évidence que cette molécule agissait sur la sensation de jambes lourdes et permettait de lutter contre les phénomènes de rétention d'eau observés chez certains patients. Le rôle osmolytique de l'indicaxanthine semble être à l'origine de cet effet. 


Les extraits de cactus Opuntia Ficus Indica permet de diminuer les conséquences d'une absorption excessive d'alcool (effet anti gueule de bois ou anti-veisalgique)

Cette propriété que les aztèques utilisaient, il y a déjà plusieurs siècles de cela, a été mise en évidence par Wiese J et al (2004) [19] sur des essais cliniques. Ces effets seraient dû à plusieurs facteurs conjugués : apport de minéraux (potassium et calcium), effet anti-inflammatoire, effet protecteur de la membrane gastrique contre l'agression de l'éthanol et des acides produits suite à l'ingestion d'alcool.  


Les vitamines, les flavanoïdes et les bétalaïnes de la pulpe de figue de barbarie lui confèrent un rôle hépathoprotecteur.

Gali et al (2005) [20] a montré que du jus de figue de barbarie permettait aux tissus du foie de résister à l'agression d'agents hépathotoxiques (Ccl4). Ils attribuent cet effet hépathoprotecteurs à la synergie des flavonoïdes, bétalaines et de la vitamine C présent dans la figue de barbarie.


La peau de la figue de barbarie est étudiée et utilisée pour ses effets immunostimulant et pour la récupération après l'effort :

Des essais sur des plongeurs réalisés par la société TEXINFINE  ont pu montrer que des extraits de peau de figue de barbarie favorisaient la production par l'organisme de petites protéines chaperonnes(HSP, Heat shock protéins ou protéines du choc thermique) dont le rôle est de protéger les enzymes lorsque l'organisme est soumis à des stress thermiques ou oxydatifs . Cet extrait permet donc à l'organisme de mieux récupérer après avoir été soumis à un effort intensif ou un stress. Cet effet serait dû à certains polysaccharides présents dans la peau de la figue de barbarie et à un flavonoïdes, l'isorhamnétine, présent dans la peau et dans le fruit [8]


Voir les références bibliographiques


Écrire un commentaire :

Les champs marqués d'une * sont obligatoires